Maladies ophtalmologiques

  • Sous l'égide de
    Avec le soutien institutionnel de

Récidive œdémateuse compliquant une occlusion veineuse rétinienne

Posté le 29/01/2015 Par Le M

LE CAS

Un homme, âgé de 49 ans, avec antécédents ophtalmologiques, a été pris en charge du fait de l’apparition d’une “vision trouble” de l’œil droit.

L’acuité visuelle de l’œil droit était chiffrée à 20/32.
L’examen du fond d’œil révélait un œdème maculaire, une dilatation modérée et une tortuosité de toutes les branches de la veine centrale de la rétine ainsi que des hémorragies profondes au pôle postérieur (figure 1).
La séquence angiographique à la fluorescéine montrait un ralentissement circulatoire des territoires veineux centraux, qui confirmait la suspicion d'une occlusion de la veine centrale de la rétine.
L’OCT mettait en évidence un œdème maculaire cystoïde (figure 2) ; le patient a donc reçu le traitement indiqué dans ce cas en première intention : un implant intravitréen à base de dexaméthasone 0,7 mg.
Trois mois après l’injection, une diminution significative de l’épaisseur maculaire en OCT a pu être observée (figure 3), tandis que l'acuité visuelle montait à 20/20.
Cinq mois après l’injection, l’OCT montrait une récidive de l'œdème (figure 4), et l'acuité visuelle avait baissé à 20/32. 
 
 
Figure 1. Rétinographie couleur. 
Figure 2. OCT à l'inclusion. 
Figure 3. OCT, 3 mois après le traitement : disparition complète de l'œdème maculaire.
Figure 4. OCT SD, 5 mois après le traitement : récidive de l’œdème maculaire.  







 

Adapted with permission from Lippincott Williams and Wilkins/Wolters Kluwer Health: Querques G et al. Impact of intravitreal dexamethasone implant (Ozurdex) on macular morphology and function. Retina. 2014, Feb;34(2):330-41.

La réinjection d'un implant intravitréen à base de dexaméthasone est indiquée en cas de récidive œdémateuse compliquant des occlusions veineuses rétiniennes, lorsqu'il n'y a ni ischémie maculaire ni contre-indication au traitement. Une solide expérience clinique en France a montré la même efficacité sur l'épaisseur de la rétine à la deuxième injection. Un suivi, 1 mois après l’injection puis tous les 2 mois, est à réaliser. Ce suivi est nécessaire afin de retraiter les patients au moment précis de la récidive ou de détecter d'éventuelles complications (conversion ischémique ou événements indésirables). Le délai moyen optimal de réinjection est entre 4 et 6 mois.

Figure A. OCT, 6 mois après la réinjection : disparition complète de l'œdème maculaire.

 

LE QUIZ

Vous devez être connecté pour participer au quiz

Valider

Les derniers cas

VOIR TOUS LES CAS